Mon voyage spirituel en France

La France n’est pas forcément le premier pays auquel on pense si l’on souhaite partir en voyage spirituel. Pourtant, ce pays regorge d’endroits merveilleux qui se prêtent parfaitement à un voyage intérieur. Voici le récit de mon voyage spirituel en France.

Ma rencontre avec le Bouddha

Je suis un Américain de 36 ans. J’ai étudié la philosophie, l’histoire et la littérature françaises à l’université. J’ai vécu en France pendant quatre ans et j’ai fait plusieurs voyages dans le pays. J’ai beaucoup aimé la France et j’ai souvent pensé revenir vivre dans ce pays. Cependant, j’ai préféré rentrer aux États-Unis.

L’écriture de ce livre a été pour moi un moyen de m’excuser auprès de la France. Et aussi de m’excuser auprès de moi-même. Pourquoi ? Parce que, au cours de mes voyages, j’ai beaucoup voyagé, mais j’ai peu découvert le pays. En fait, je me suis souvent contenté de voyager de Paris à Paris.

J’ai donc pensé que cela pourrait être intéressant de faire un voyage spirituel en France. Je me suis dit que je pourrais partir du sud du pays, à la recherche du Bouddha qui peut se trouver dans tous les pays, et qui est toujours avec nous, et non pas uniquement dans un temple ou un sanctuaire.

J’ai donc décidé de partir à la recherche de l’esprit de la France, ce pays qui a forgé mon âme et qui a forgé la mienne. Je voulais comprendre la place que la France occupait dans le monde et dans mon cœur. Et je voulais comprendre la relation entre les Français et leur pays. Je voulais comprendre leur amour pour leur patrie. Je voulais comprendre pourquoi ils étaient si attachés à la France.

J’écris ce livre afin de mieux comprendre la France et les Français. J’aimerais que ce voyage spirituel en France soit pour moi une occasion d’approfondir ce que je sais déjà sur la France et de voir si je peux mieux saisir ce que c’est que la France. J’espère qu’il pourra aider les Français et les non-Français à mieux comprendre leurs compatriotes et leur pays.

Ce jour-là, nous étions à la campagne, à une trentaine de kilomètres de Paris, non loin d’une petite ville normande appelée Saint-Vaast-La-Hougue. Nous étions dans un petit village dont le nom indien signifie « où l’eau est ronde ». C’était un endroit magnifique. Une petite église de pierre dans un village pittoresque.

J’ai eu envie d’aller vers le Bouddha. Je me suis approché de lui. J’ai senti un courant d’air chaud. Je me suis assis devant lui. Et, dans ma tête, j’ai entendu sa voix. Elle était très calme et très douce. Il m’a dit : « Et toi, que veux-tu ? »

J’ai répondu à sa question : « Je veux comprendre la France. Je veux comprendre les Français. Je veux comprendre les relations entre les Français et leur pays. Je veux comprendre l’amour que les Français portent à leur terre. »

Le Bouddha m’a alors dit : « Je ne peux pas t’aider. Mais tu peux venir avec moi. Je vais te montrer le chemin. »

Je l’ai suivi.

Le Bouddha m’a conduit dans une petite maison de campagne. C’était une simple bâtisse en pierre. Il m’a dit que c’était sa maison. Il m’a demandé de m’asseoir à la table de la salle à manger. Il m’a dit qu’il allait me proposer un plat français qu’il aimait beaucoup.

Une fois qu’il eut préparé le plat, il m’a invité à manger. J’avais très faim. J’ai mangé. Je me sentais bien. J’avais l’impression de me sentir partout en France.

Le Bouddha m’a ensuite montré la chambre dans laquelle il dormait. Il m’a dit que j’étais libre de dormir là. Quand j’ai pris place sur son lit, j’ai senti qu’il était très confortable.

Le Bouddha m’a ensuite demandé de fermer les yeux. J’ai obéi. Il m’a dit de m’endormir. J’avais sommeil. J’ai obéi.

Quand j’ai rouvert les yeux, j’étais dans une pièce assez grande. J’étais assis dans un fauteuil. Devant moi, il y avait une table sur laquelle étaient posées plusieurs dizaines de photographies et de peintures.

J’ai regardé les photos. Elles représentaient toutes des personnes. Quelques minutes plus tard, j’ai entendu des pas. Des pas un peu lourds. Un homme est entré dans la pièce. C’était un homme âgé, un peu voûté et très brun. Il s’est approché de moi.

Il m’a dit : « Est-ce que vous me connaissez ? »

J’ai répondu : « Non. Je ne vous connais pas. »

L’homme a ajouté : « Mais je vous connais. Je m’appelle Louis. »

J’ai répondu : « Je ne vous connais pas. »

L’homme a demandé : « Mais je vous connais. Je vous connais, puisque je vous montre des photos de moi. »

Il m’a tendu une photo qui représentait un jeune homme. Il m’a dit : « C’est moi. » Ensuite, il a sorti d’autres photos qui me montraient.

J’ai regardé les photos. J’ai réalisé que je connaissais cet homme. J’ai dit : « Vous êtes Louis Aragon. »

Louis Aragon a répondu : « Oui

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.